Chargement en cours...

Rétrospective Roberto Rossellini

Dans le cadre des classiques de l'été

Retour sur l’œuvre du cinéaste italien, pilier du mouvement néoréaliste. Au programme, 5 films.

  • Rome ville ouverte (1945 / 1h45) : «L’œuvre étendard du mouvement néo-réaliste»Les Inrocks
  • Amore (1948 / 1h20) : d’après La Voix humaine de Cocteau
  • Stromboli (1949 / 1h47) : le premier partenariat artistique et amoureux avec l'actrice suédoise Ingrid Bergman.
  • La Machine à tuer les méchants (1952 / 1h23) : à partir d’un scénario inhabituel, Rossellini s’essaye pour la première fois à la comédie.
  • La Peur (1954 / 1h23) : d’après la nouvelle de Stefan Zweig, un film aux accents de film noir.

 

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour faciliter la navigation, améliorer l'ergonomie de certains services et réaliser des statistiques de fréquentation.

 

Accepter Refuser